Ramène ta fraise, 1000 et une variétés

Mis à jour : juin 15



En Europe et en Amérique du Nord, les fruits de l’espèce Fragaria vesca, le fraisier des bois, sont de petite taille. Connus depuis l'Antiquité, les Romains les consommaient et les utilisaient dans leurs produits cosmétiques en raison de leur odeur agréable. Elle est cultivée dans les jardins européens vers le XIVe siècle.


Le fraisier musqué est connu pour ses fruits petits d'une saveur musquée unique, que les connaisseurs donnent comme supérieure à la fraise des jardins. Il est cultivé depuis le XVIe siècle. Le premier cultivar connu du genre Fragaria appartient à cette espèce avec Le chapiron nommé en 1576.


Le fraisier vert a été très peu cultivé car ses fruits sont moins appréciés du fait de leur acidité plus forte que les espèces ci-dessus. Cependant il a fait l'objet de cueillette pour la consommation personnelle.


Vers la fin du xvie siècle l'explorateur Jacques Cartier rapporte du Canada en France des plants de fraisier de Virginie (Fragaria virginiana Mill. subsp. virginiana). L'espèce intéresse assez par ses fruits parfumés pour être cultivée pour le commerce surtout en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Encore de nos jours, il existe une production industrielle faible mais suivie en Grande-Bretagne. C'est la première fraise à mûrir.


En 1714, l'officier du génie maritime Amédée François Frézier rapporte en fraude du Chili plusieurs plants de Blanches du Chili, dont cinq survivent au voyage, des fraisiers à gros fruits blancs cultivés là-bas depuis longtemps par les Amérindiens, le (Fragaria chiloensis subsp. chiloensis f. chiloensis Staudt). Ces fraisiers se révélèrent être uniquement des plants femelles ne pouvant pas donner de fruits sans plant mâle. Quelques décennies plus tard, après importation de plants fertiles, la culture de blanches du Chili a été tentée en Grande-Bretagne (en 1824 trois variétés sont décrites) mais elle est peu résistante au froid et, sous le climat anglais, il est rarement possible de l'amener à fructifier et, même alors, il est difficile de la faire mûrir correctement. La culture de blanches du Chili a été relancée au début des années 2000 mais les quantités produites restent marginales.


Vers 1740, le botaniste Antoine Nicolas Duchesne observe que de beaux fruits sont obtenus lorsqu'un fraisier du Chili est cultivé près d'un fraisier de Virginie. Ce croisement spontané, qui se produit notamment en Bretagne, en Angleterre et aux Pays-Bas, est à l'origine d'un nouvel hybride qui associe la saveur de Fragaria virginiana et la grosseur du fruit de Fragaria chiloensis, et qui possède un parfum d'ananas à l'origine de son nom botanique : Fragaria ×ananassa Duch. C'est de cet hybride que provient l’essentiel des variétés de fraises à gros « fruits » que l’on cultive désormais.


C'est en Angleterre que seront en premier créées plusieurs variétés issues de cette hybridation, et qu'en sera développée la culture industrielle. L'Angleterre domine depuis longtemps le marché européen de la fraise, en concurrence avec Plougastel en France.


En 1740, la ville de Plougastel (près de Brest), déjà productrice de fraisier des bois, devient le premier lieu de production de cette nouvelle espèce dite « fraise de Plougastel ». Cette culture devient la spécialité de la commune, qui produisait près du quart de la production française de fraises au début du xxe siècle.


Une variété légèrement plus petite est obtenue dans le Sud de la France à partir de croisements avec des fraisiers nains méditerranéens, moins exigeants en eau, la gariguette, variété de fraise la plus vendue en France et issue de travaux de l'Institut national de la recherche agronomique. Elle a été mise au point par Georgette Risser, ingénieure à l'Inra, en 1976, dans le laboratoire de Montfavet.


Vers 1940, la Californie devient le premier producteur mondial de fraises.


En Belgique, la région de Wépion connaît un essor semblable dès le milieu du xxe siècle. L’activité se développa surtout dans l’entre-deux-guerres et atteindra son apogée dans les années 1950-1960. Leur réputation est telle que les fraises de Wépion sont commercialisées aux Halles de Paris, et ensuite au marché de Rungis qui leur succédera. Au début des années 1970, l’activité décline et ce n'est qu’à la fin des années 1990 qu’on observe un regain. Le secteur se professionnalise et la criée de Wépion devient la plate-forme de commercialisation d’un fruit cueilli à maturité, vendu via des circuits courts.


La fraise est un fruit rouge issu des fraisiers, espèces de plantes herbacées appartenant au genre Fragaria (famille des Rosacées), dont plusieurs variétés sont cultivées.

Ce fruit rouge est botaniquement parlant un faux-fruit ; il s'agit en réalité d'un réceptacle charnu sur lequel sont disposés régulièrement des akènes dans des alvéoles plus ou moins profondes. La fraise est donc un polyakène.


La fraise et la framboise sont des faux fruits

La fraise est ce que l'on appelle un fruit complexe (polyakène), à l'instar de la framboise qui est une polydrupe. Comme la fraise, cette dernière est composée d'une soixantaine de fruits, les petits grains roses appelés drupes. Mais ce sont ces drupes entières qui constituent la partie comestible, le réceptacle étant la partie blanche sur laquelle ils reposent. Les fruits simples sont à l'inverse composés d'un seul akène (comme la châtaigne) ou une seule drupe (abricot), qui est aussi le fruit que nous mangeons.


Pour faire pousser des fraises, vous pouvez récupérer les akènes, à l'intérieur desquels se trouve la graine, et les faire sécher jusqu'au printemps d'après. Plantez-les dans une mini-serre et vous devriez obtenir de magnifiques fleurs blanches, puis de délicieuses synophores.



La fraise fait partie des 6 % environ de végétaux qui existent avec une forme mâle et une forme femelle (et il en existe aussi des formes à la fois mâle et femelle), ce qui a été découvert par un agriculteur non éduqué de l'Ohio dans les années 1840. Elle se présente sous trois formes : mâle, femelle et combinée. Les fleurs femelles ne portent pas d'anthères.


On a récemment montré que les gènes qui déterminent le sexe d'un plant de fraisier peuvent être positionnés en plusieurs endroits très différents du génome (lequel s'inscrit dans 56 chromosomes, organisés en 7 groupes de 8 chromosomes ; à titre de comparaison l'homme n'a « que » 46 chromosomes, organisés en 23 paires).


Les fraises du commerce sont des hybrides cultivés, assez éloignés des fraises sauvages, sélectionnés en fonction du goût, de la taille, de la facilité à être cultivés, cueillis, conservés et transportés, etc.

Quel est le pays d'origine de la fraise ?

La fraise (Fragaria vesca en latin), doit son nom à son parfum exquis, sa « fragrance ». Très certainement originaire des Alpes, la fraise des bois est connue depuis l'Antiquité où elle fait l'objet d'une cueillette miraculeuse tant elle est prolifique. Ovide la mentionne déjà dans quelques vers champêtres.




Comment choisir les fraises ?

En vrac à la fin du marché pour les confitures

Pour les confitures, optez pour des fruits en vrac à la fin du marché ou aller les chercher dans les cueillettes, bien sucrées, donc idéales.


Colorées, lisses et brillantes, au parfum agréable

Prendre les fraises en barquettes ou en cagettes, bien rangées. Elles doivent être très colorées, lisses et brillantes, puis sentir bon. Si la taille des fraises et l’intensité de leur couleur n’ont pas d’importance, il s’agit de rechercher des fruits à l’épiderme brillant, coloré uniformément, avec une collerette et un pédoncule bien verts. Ne pas hésiter à se laisser mener par le bout du nez : choisir les fraises à leur parfum. L’emballage dans des barquettes en plastique transparent permet d’observer et d’humer les fruits et les protège des chocs.



Comment consommer les fraises ?

Salade de fraise et de mangue

Bonne complémentarité de ces deux fruits. La fraise apporte vitamine C et fibres, la mangue, carotènes protecteurs et un petit « plus » en glucides. Quelques feuilles de menthe fraîche améliorent encore la concentration en micro-constituants protecteurs.


En jus pour une stimulation gastrique

Le jus de fraises est alcalinisant et diurétique. Les acides organiques et sels de potassium que renferme le fruit stimulent les sécrétions gastriques.



D'autres idées :

Soupe de fraises à la menthe & basilic

Entremets de fraises et chia

Dessert de fraises parfumé au romarin

Smoothie tagada

Fruit rafraîchissant par excellence, grâce à sa richesse en eau, et à son bon équilibre glucides/acides organiques, la fraise présente, de plus, la particularité d’être fort peu énergétique : 52 calories pour une portion de 150 g, c’est très raisonnable pour un dessert ou une collation légère.


Entremets de fraises et chia

Soupe de fraises à la menthe & basilic

Fraises au vinaigre balsamique

La fraise fournit une excellente ration en vitamine C, en calcium et en fer, ce qui en fait un aliment recherché par les personnes anémiées, les convalescents, les personnes âgées.


Parmi les vitamines, la plus caractéristique et la plus intéressante est incontestablement la vitamine C. Avec des extrêmes qui se situent entre 40 et 90 mg, la fraise se situe parmi les fruits les plus riches en cette vitamine : 150 g de fraises contiennent plus de vitamines qu’une orange. Il suffit d’une portion de 150 g (ce qu’on consomme habituellement) pour couvrir largement l'apport quotidien conseillé en vitamine C (80 mg pour l’adulte).


La densité minérale de la fraise (apport en minéraux pour 100 calories) s'avère, très intéressante, notamment pour le magnésium (34 mg/100 calories), le calcium (57 mg/100 calories) et le fer (1,14 mg/100 calories). L’apport en minéraux est donc modéré dans la fraise, mais diversifié et bien équilibré. Comme dans la plupart des végétaux frais, le potassium domine. A noter aussi, une teneur en fer associée à du cuivre ou du zinc qui facilite sa bonne assimilation. Enfin, le magnésium est également présent. On note aussi des traces d’éléments plus rares et utiles à l’équilibre nutritionnel, comme le bore, le fluor, le cobalt, le molybdène, le sélénium…


Pour les digestions difficiles

La fraise est un fruit facile à digérer. Très riche en eau, elle renferme peu de cellulose, sucre ou matières grasses. Cette valeur nutritive réduite fait qu'elle est conseillée aux personnes suivant un régime amaigrissant. Les fibres de la fraise dépassent un taux de 2%, ce qui est une teneur assez élevée pour un fruit. Il s’agit à la fois de fibres tendres, en majorité des pectines, et des fibres plus coriaces, notamment la lignine, constituant essentiel des akènes.



Comment conserver les fraises ?

A déguster aussitôt achetées

Elles ne supportent ni la congélation ni la chaleur. Elles se conservent 2 ou 3 jours (maximum), toujours emballées dans leur barquette perforée, disposée dans le bac à légumes du réfrigérateur. Ne les lavez pas avant, mais seulement au moment de les consommer, et équeutez-les après les avoir lavées (sinon elles se gorgent d'eau). Pour que leur parfum s’exhale mieux, n’oubliez pas de les sortir du réfrigérateur au moins 20 min avant de les déguster.


La congélation est déconseillée

Si vous en avez acheté plus que vous ne pouvez en manger, préférez la confection de confitures, de coulis ou de glaces, à la congélation qui est déconseillée.


Pourquoi les fraises sont rouges ?

La couleur rouge des fraises vient d'une molécule que l'on retrouve dans beaucoup de fruits et de fleurs et qui s'appelle anthocyanine. Suivant l'environnement dans lequel elle se trouve, elle peut donner une couleur rouge comme dans les fraises, bleue comme dans les myrtilles ou noire comme dans les mûres.




Quel est le goût de la fraise ?

Catégorie de Fraise qui regroupe une succession de variétés, sa chair ferme est particulièrement juteuse et son goût sucré-acidulé très prononcé. Parmi les fraises rondes, on trouve notamment la Mara des bois, la Darselect et la Cléry


Quelle est la meilleure fraise ?

Relativement récente sur le marché, la Gariguette est aujourd'hui la star des fraises grâce à sa finesse et à ses qualités gustatives. 73 % des Français la connaissent ! Robe : La Gariguette est rouge vermillon. Elle est plutôt de taille moyenne, fine et allongée.


Comment s'appelle la partie verte de la fraise, pas sa feuille, mais ses petits points ?

Une multitude de petits ronds jaunes ou verts que l'on appelle des akènes sont éparpillés sur toute la surface du fruit. C'est un fruit complexe car il est formé par le réceptacle mais contrairement à la pomme celui-ci n'est pas soudé aux ovaires. Le réceptacle est charnu.


Comment s'appelle la queue de la fraise ?

Ce qu'on appelle couramment la queue de la fraise se nomme plus précisément le calice.



Quels sont les bienfaits des fraises ?

Ce petit fruit rouge et charnu contient notamment davantage de vitamine C que l'orange ainsi que de la vitamine B9 en grande quantité. Il est également une source intéressante de manganèse, de calcium et de magnésium qui participent à la couverture de nos besoins minéraux.


Quels bienfaits pour la santé ?

Fruit minceur

Sa richesse en eau et en fibres ainsi que sa faible teneur en calories font de la fraise un allié pour toutes les personnes qui surveillent leur poids…. à condition toutefois de la consommer nature ou avec un laitage peu gras, et de limiter drastiquement le sucre et la crème chantilly !


Anti-cancer

Tout comme d'autres fruits rouges, la fraise est riche en antioxydants, et notamment en anthocyanines et en acide ellagique, connus pour leur effet préventif sur les cancers du côlon, de l'œsophage, du sein et du cerveau.


Cardioprotectrice

Les flavonoïdes contenus dans la fraise diminuent le risque de formation de plaques d'athérome en augmentant la fluidité du sang. Par ailleurs, les observations épidémiologiques montrent une corrélation entre la consommation d'anthocyanine et un risque vasculaire moindre.


Quelles formes privilégier pour la santé ?

Sans surprise, c'est lorsqu'elles sont dégustées fraîches et entières que l'on bénéficie au mieux de toutes les qualités nutritionnelles et santé des fraises. En jus, elles perdent la plupart de leurs vitamines ainsi que leurs précieuses fibres. En smoothie les fibres sont épargnées et les vitamines préservées, à condition qu'il soit dégusté immédiatement après préparation. Bon à savoir : les fraises tolèrent très bien la surgélation, qui préserve la totalité de ses atouts nutritifs ! Mieux encore : des fraises surgelées seront plus riches en vitamines que des fraises fraîches qui ont passées quelques jours dans le bac à légumes du réfrigérateur. Enfin, en compote, la fraise perd la presque totalité de sa teneur en vitamine C, sensibles aux températures élevées.


Combien en consommer par semaine ?

Très peu sucré, riche en fibres, en eau et en antioxydant, la fraise est un vrai fruit santé dont la consommation n'a pas besoin d'être limitée. Préférez cependant varier au maximum vos fruits afin de couvrir l'ensemble de vos besoins nutritionnels. Pour la santé, on recommande de consommer deux à trois fruits frais par jour, un fruit représentant 250 g de fraises.


Quels méfaits si on en consomme trop ?

Saine, digeste et peu sucrée, la fraise peut être consommée sans risque en grande quantité. Attention cependant à leur provenance : les fraises importées d'Espagne seraient particulièrement riches en pesticides non autorisés en France, tels que le tolylfluanide ou l'endosulfan. On préfère donc la Gariguette, la Ciflorette ou encore la Charlotte, 100% made in France !


Des contre-indications ?

Hormis pour les personnes qui y sont allergiques, la fraise peut être consommée sans crainte par tout le monde.







Traitement des atteintes rétiniennes

Les antioxydants ont un effet bénéfique sur les complications oculaires du diabète. Les atteintes rétiniennes ou rétinopathies sont très fréquentes et 70% des diabétiques en sont atteints après 15 ans d’évolution de la maladie.


Les anthocyanosides ont une activité vasoprotectrice et anti-odémateuse car ils inhibent l’agrégation plaquettaire induite par le collagène ou l’ADP et stimulent l’activité des parois vasculaires. Les résultats expérimentaux et cliniques montrent des effets positifs dans le traitement des troubles vasculaires dont les rétinopathies.


De plus un apport important et régulier en vitamine C prévient l’apparition de pathologies dégénératives oculaires (cataracte et dégénérescence maculaire) et il y en a une quantité importante dans les fraises.


Prévention de cancers

… du sein et du cerveau

Des recherches ont porté sur les effets antioxydants de la fraise chez l’humain[3]. Après avoir consommé une portion d’environ un demi-litre de fraises, des femmes âgées ont vu augmenter leur capacité antioxydante, dans le sang et dans l’urine. Les fraises pourraient ainsi être considérées comme efficaces pour combattre les radicaux libres et, ainsi, réduire le risque de cancer[4]. De plus, des fraises lyophilisées inhiberaient efficacement l’apparition de différents types de cancers du sein et du cerveau in vitro.


…du côlon grâce à la anthocyanines

La fraise aurait donc un effet protecteur contre le cancer. En effet, une étude in vitro a démontré une suppression du développement des cellules cancéreuses au côlon en présence d’anthocyanines. Reste à savoir si les flavonoïdes contenus dans la fraise peuvent avoir le même effet spécifique.


… de l’œsophage grâce à l’acide ellagique

Ce composé phénolique, contenu dans la fraise, exerce un certain effet anticancer in vitro et in vivo (chez l’animal). Il a été observé une diminution de la multiplication des tumeurs de l'œsophage chez des rats ayant reçu une alimentation enrichie de fraises entières déshydratées. Fait intéressant, les fraises déshydratées inhibent davantage la prolifération des tumeurs que l’acide ellagique pris isolément, ce qui démontre que d’autres composés de la fraise fournissent aussi une protection contre certains cancers. Mais ces effets bénéfiques, possiblement attribuables à l’acide ellagique, seraient atténués par leur passage dans le système digestif.


Traite les maladies dégénératives liées au vieillissement

Toujours grâce au potentiel antioxydant de certains types de flavonoïdes qu’elle contient, la fraise protégerait mieux les neurones contre l’oxydation que l’orange et la banane, prévenant ainsi leur dégénérescence. Les chercheurs concluent que la consommation de fraises pourrait ainsi contribuer à prévenir certaines maladies dégénératives, comme la maladie d’Alzheimer. L’effet anti-inflammatoire d’extraits de fraises a aussi été démontré in vitro. Et les processus d’inflammation sont impliqués dans l’apparition de plusieurs maladies, incluant la maladie d’Alzheimer, le cancer et les maladies cardiovasculaires. Une diète enrichie de fraises peut renverser la détérioration des performances motrices normalement observées chez des rats âgés. Des résultats très prometteurs qui n’ont pas encore été démontrés chez l’humain.


La fraise de printemps débute à la mi-mars jusqu'à la fin mai. On trouve dans cette catégorie les variétés précoces telles que Gariguette, Cigaline, Ciflorette.



La meilleure variété pour la production précoce est Gariguette. C'est un fruit rouge orangé à la forme allongée caractéristique. Sa chair est juteuse, acidulée, parfumée. Gariguette a été obtenue en 1977 par l'INRA de Montfavet. C'est aujourd'hui la variété phare des professionnels, représentant près de 20% de la production française. Elle est surtout cultivée en Aquitaine, dans le Gard, le Val-de-Loire, en Bretagne et en Midi-Pyrénées.


Cigaline, produite seulement en avril et mai, a une couleur brillante tirant parfois sur l'orangé. Son goût est doux, sa chair juteuse, son arôme un peu musclé.


Ciflorette présente un fruit de forme conique rouge saumoné, de très bonne qualité gustative quand le fruit est cueilli à maturité. Ce plant est de vigueur moyenne et sensible aux grosses chaleurs.


Fraise de saison

La fraise de saison enchaîne mi avril et tout le mois de juin. Les variétés Darselect, Seascape… en font partie.


Darselect est un gros fruit rustique, facile à cueillir, résistant bien au transport. Le plant est exigeant en eau. Cette variété est dotée d'une bonne qualité gustative.


Fraise d'été

Après un creux en juillet, la fraise d'été est présente en août et septembre. Seascape et Mara des Bois sont les plus connues des variétés d'été, dites « fraises remontantes ».


Seascape : variété d'origine américaine (californie, 1992), gros fruit ferme, productive, produit de juin aux gelées.


Mara des Bois, d'obtention française récente, est une variété remontante, rouge brique, à chair tendre, idéale pour le jardin. Elle se récolte à partir de juillet. De petite taille (entre 11 et 14 grammes), elle est fragile, juteuse et sucrée. Très proche des fraises sauvages, c'est sans doute l'une des plus savoureuses.


Fraise d'automne

La fraise d'automne Darselect, Elsanta, Gariguette se plante en été pour un premier cycle de production en automne.


Elsanta, en forme de cœur, est originaire des Pays-Bas.


En hiver

En hiver, les fraises proviennent de l'hémisphère Sud, d'Israël, du Mexique, du Chili... Si elle est présente sur le marché dès la fin de l'hiver, c'est qu'elle vient sans doute d'Espagne.


Parmi les fraises à petits fruits (fraises des quatre saisons), deux variétés produisent jusqu'aux gelées.


Reine des Vallées ressemble beaucoup à la fraise des bois. Ses petits fruits ont beaucoup de parfum, sa chair est fondante et très fine. Elle résiste aux maladies, mais attention : la variété ne produit pas de stolen.


Alpine blanche, très parfumée, a une chair jaune pâle.


Autres variétés...

Parmi les nombreuses autres variétés existantes (plus de 1000), on peut citer :


Annabelle : Croisement de